ATHÈNES 2004

 

17 Février 2010Le Figaro

 

La crise grecque et les Jeux Olympiques

 

Les Jeux olympiques d'Athènes ont été une mauvaise affaire pour la Grèce.

Les Jeux olympiques d'Athènes de 2004 ont coûté 9 milliards d'euros. Une somme qui a plombé les finances publiques et a symbolisé l'aggravation du problème grec.

 

Les coûteux Jeux olympiques d'Athènes de 2004 sont-ils à l'origine des malheurs de la Grèce ? Dans la genèse de la crise actuelle, « ils jouent un rôle symbolique mais aujourd'hui oublié », avance le spécialiste américain de l'économie du sport, Victor Matheson. Les JO ont coûté 9 milliards d'euros, une grosse somme pour un petit pays. Cela représente, selon l'économiste, 5% des richesses produites par la Grèce en un an.

«Les Jeux olympiques ont fait exploser la banque», selon Victor Matheson. «Le déficit public, qui était à la baisse depuis 1999, a brusquement remonté en 2004, atteignant 7,5% du PIB.» En données brutes, les finances publiques ont touché le fond l'année des JO, selon les chiffres d'Eurostat. A noter, la Grèce est aujourd'hui accusée d'avoir caché une partie de ses dettes de l'époque sous le tapis.

Problème, la Grèce n'a pas récolté les fruits de ces investissements. «L'année des JO, les touristes ont fui la Grèce, et pour cause : Athènes était devenu un gigantesque chantier», se rappelle Victor Matheson. «Et il n'y eut pas de boom touristique en 2005 comme certains le prévoyaient après le battage médiatique autour de la Grèce.» Heureusement, à l'époque les taux d'intérêt grecs étaient bas, proches de 4,5%.

La Grèce n'est pas le seul organisateur d'un grand évènement sportif ayant réalisé une mauvaise affaire. A Londres, la facture a déjà dépassé toutes les estimations bien avant que se tiennent les Jeux. Et la ville de Montreal, qui a organisé les JO en 1976, a remboursé ses dernières dettes «olympiques» en… 2006.

Dans le cas de la Grèce, si les Jeux olympiques n'ont pas arrangé les finances publiques, ils n'expliquent pas à eux seuls la crise actuelle, loin s'en faut. «Le pays connaît un déficit structurel depuis le début des années 2000, soit bien avant les JO», nuance Philippe Sabuco, économiste spécialiste de la Grèce chez BNP Paribas. «Les Jeux ont eu un effet d'amplification», concède-t-il tout juste.

Car le problème grec se situe ailleurs. Alors que les Jeux olympiques ont pesé sur le volet dépense, «le problème structurel de la Grèce se trouve plutôt du côté des recettes et de la collecte des impôts», explique Philippe Sabuco. Autrement dit, les Grecs sont de véritables champions lorsqu'il s'agit de frauder le fisc.

 

 

25 Août 2008Courrier International

 

Les villes olympiques gagnent rarement

 

Le bilan des Jeux Athènes est peut-être le pire de tous. Quatre ans après la cérémonie de clôture des Jeux, 21 des 22 sites sont à l'abandon. La piscine est vide et sale, des squatters campent devant le complexe sportif Faliron, couvert de graffitis. Les Jeux d'Athènes, dont l'organisation a coûté la somme record de 12 milliards d'euros, ont laissé une dette énorme à la Grèce. Dans les mois qui ont suivi, le déficit se montait à 50 000 euros par foyer et les contribuables remboursent encore aujourd'hui. L'entretien des sites a coûté à lui seul 627 millions d'euros. Athènes est devenu le modèle de ce qu'il ne faut pas faire quand on organise les Jeux.

 

Voir les photos des sites à l'abandon

 

 

Ces Jo auront couté 8,9 milliards d’euros au lieu des 4,5 prévus. La reconversion d’un site en Opéra aura couté à lui seul 300 millions d’euros, non compris dans le budget ci-dessus. Comme pour Vancouver, c’est le cout de la sécurité et des infrastructures qui en sont les principaux responsables. Les dépassements budgétaires des Jeux ont contribué au passage du déficit public grec au dessus de la barre de 3% du PIB fixé par le Pacte de stabilité.

En 2004, selon les derniers chiffres du gouvernement grec, le déficit devrait s'élever à 5,3% et la dette à 112,1%.

Le coût de la vie a beaucoup augmenté mais les salaires n'ont pas suivi.

 

 

Nos Arguments :

 

Cliquez sur les images

(Rigaut :

Maire d'Annecy)