ARCHIVES 2011 - 1/1

 

Revenir aux articles derniers articles 2011


 

09 Février 2011 - Montagnes Magazine

 

Février 2011 - Montagnes Magazine - Sprint Final Chaotique pour Annecy 2018
Cliquez sur l'article

 

07 Février 2011 - La Voix des Allobroges

 

En attendant le CIO

 

Avant le blocage des voies de circulation par les promoteurs d'Annecy 2018 pour la visite du CIO la semaine prochaine, ce sont les anti-JO qui ont bloqué la chaussée annecienne.

 

Alors qu'Annecy 2018 a descendu 80 mètres cube de neige depuis La Clusaz pour les mettre devant la mairie d'Annecy-le-Vieux et impressionner la commission technique du CIOvoir la vidéo ) qui sera chez nous dès ce lundi 7 février, les anti-JO multiplient les actions ces derniers jours. Ce dimanche 6 février, ils ont ainsi réussi à intervenir en direct dans l'émission de Stéphane Paoli ( France Inter ), qui se déroulait à Annecy, pour dire tout le bien qu'ils pensaient des JO ( écouter l'émission ). La veille, ils étaient près de 150 à occuper pendant une heure la chaussée située devant la mairie d'Annecy.

L'objectif ? Donner un avant-goût de ce qui attend les automobilistes pendant la semaine de visite du CIO et durant un mois complet en 2018.

 

A noter que, pour l'occasion et pour la première fois depuis deux ans, l'antenne genevoise de Greenpeace était au côté du Comité anti-JO (CAO). Les Suisses seraient-ils devenus solidaires des Savoyards en ces temps où il n'y a plus besoin d'aller en montagne pour trouver de la neige ?

 

( Voir la Vidéo de la Voix des Allobroges ) 

 

 

06 février 2011Librinfo 74

 

Stéphane Paoli " rattrape le coup " en invitant les anti-Jo dans son Journal

 

Stéphane Paoli, journaliste à France Inter, avait prévu pour son Journal « en 3D » deux thèmes : les révolutions dans les pays arabes et la candidature d’Annecy au JO d’hiver 2018. Une émission organisée dans les salons de l’Impérial Palace.

Une « délocalisation » suggérée par Radio France, partenaire de la candidature ANNECY 2018.

Contacté en fin d’émission, Stéphane Paoli reconnaît qu’il n’était pas favorable à aborder ce thème, considérant qu’il n’avait pas beaucoup d’information sur le sujet.

 

Tout a été préparé depuis Paris, et quand l’équipe d’Inter est arrivée sur place, les représentants du CAO ( les anti-JO ) ont découvert que le plateau se limitait à Philippe Lebeau, directeur général du Club 2018 et à Pierre Chaix, maître de conférences à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble.

Après discussion entre les représentants du CAO et Stéphane Paoli, celui-ci accepte d’inviter un représentant des Anti JO au débat. Philippe Métral-Boffod, conseiller d’opposition à la Mairie d’Annecy, porte la voix dissidente

 

Si l’objectif affiché par France Inter n’était pas d’engager un débat direct, l’émission a permis à chaque partie d’exprimer son point de vue, ce qui est le rôle d’une radio de service public.

Cependant, Philippe Métral Boffod regrette toujours l’absence d’un véritable débat contradictoire. De son côté, Philippe Lebeau reconnaît que le point faible du dossier de candidature des JO ANNECY 2018, c’est l’information de la population :

 

Voir la vidéo de Librinfo 74

 

 

05 Février 2011 - Le Dauphiné Libéré

 

Rassemblement anti-JO

 

Environ 130 opposants aux Jeux olympiques d’hiver de 2018 ont manifesté cet après-midi devant la mairie d’Annecy et bloqué la circulation.

 

Ndlr : Voir le Tract expliquant la raison pour laquelle nous avons bloqué la circulation


 

03 Février 2011 - mAnnecy

 

Nouvelle manifestation des anti-JO à Annecy

 

Une trentaine de personne s’est une nouvelle fois réunie pour dire non à Annecy 2018.

Ils ont symboliquement descendu un des drapeaux de la candidature devant la mairie. Une nouvelle manifestation est prévue samedi, avant l’arrivée la semaine prochaine des experts du CIO.

 

 

01 Février 2011Le Dauphiné Libéré

 

50 000 euros de plus ou de trop pour les Jeux olympiques ?

 

La candidature d’Annecy aux Jeux olympiques d’hiver de 2018 a une fois de plus fait polémique, hier soir au conseil municipal, où il se murmurait en début de séance que “des anti-JO allaient arriver“ pour assister à une délibération prévue en fin de réunion : le vote d’une subvention exceptionnelle de 50 000 euros à Bonlieu Scène Nationale, pour l’organisation du spectacle festif “Carabosse“, qui sera donné à l’occasion de la visite de la Commission d’évaluation du CIO, le 10 février sur le Pâquier.

 

Mais c’est dès l’ouverture du conseil et devant un public plutôt réduit, que le débat sur ce thème a été lancé. La subvention, avant d’être débattue “politiquement“, devant faire l’objet d’une inscription “administrative“ préalable au budget de la ville.

 

C’est comme toujours Philippe Métral-Boffod (NPA) qui a ouvert le feu : « Le 13 décembre, on a voté le budget prévisionnel, on est fin janvier et vous proposez déjà une modification relativement importante. Vous aviez annoncé “Pas un euro de plus”. Est-ce qu’en décembre, vous avez menti aux Annéciens ? Ce qui n’était pas un euro de plus devient 57 000 fois plus important ! C’est un dérapage significatif. On voit se concrétiser les risques qu’on avait toujours pointés sur la maîtrise des coûts. Une fois de plus les Annéciens ont été abusés », a lancé l’élu d’extrême-gauche.

 

Denis Duperthuy (PS) renchérissait : « J’ai beau réfléchir dans tous les sens, c’est ni plus ni moins le contraire de ce que vous avez dit il y a quelques semaines. Si on ouvre un dictionnaire, ça s’appelle un mensonge. Est-ce que le comité d’organisation n’a plus du tout d’argent pour organiser cette animation ? C’est à lui de la payer, pas à la ville d’Annecy. »

 

Entre ironie et agacement, Jean-Luc Rigaut relevait : « Vous êtes constants dans vos idées, mais nous aussi... » Et le maire d’argumenter sur le choix de la ville d’organiser cette animation destinée « aux Annéciens aussi », avant de conclure : « C’est de l’argent en plus, on l’assume ! »

 

Pour le second adjoint Dominique Puthod, délégué à la culture, l’événement va « porter l’image de la ville sur la scène nationale mais aussi internationale. Les cérémonies pour les JO sont des moments très importants, si on a ces jeux ce sera l’occasion de montrer notre savoir-faire sur le plan de l’animation culturelle. Ce pourra être l’occasion de renégocier des contrats avec la Drac. C’est aussi l’enjeu. »

 

Sur les finances du comité de candidature, Jean-Luc Rigaut a indiqué aux élus : « Le bilan (...) du comité de candidature vous sera fourni après l’assemblée générale. Le budget est stabilisé à ce jour à 18 millions d’euros en recettes et dépenses, qui seront portés à 20 millions. »

 

Le conseil a approuvé l’inscription des 50 000€ au budget municipal, moins les quatre voix contre de la gauche. Mêmes votes pour la seconde délibération, sans débat cette fois puisque les parties avaient épuisé le sujet... jusqu’à la prochaine fois.

 

 

31 Janvier 2011 - La Tribune de Genève

 

Le dossier a évolué vers … le pire !

 

Ceux qui soutiennent encore la candidature d’Annecy à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2018 vous diront que c’est une chance pour tout un département. Quel manque d’imagination !

Empêtrés dans leurs certitudes, et les défendant très mal, ils osent encore prétendre organiser des JO écolos et modestes, en oubliant que la tendance de fond des dernières olympiades est plutôt à la démesure. Et ce n’est pas la Venise des Alpes qui fera pencher la balance vers la sobriété.

 

 

Le dossier d’Annecy a eu à souffrir de nombreuses avanies, et depuis deux ans que cette candidature est lancée, on peut dire qu’il à évolué… vers le pire!

 

La démission fracassante d’Edgar en fin d’année 2010 (à quelques semaines de la remise du dossier technique) fut un tournant, et l’arrivée de Charles Beigbeder (le seul prêt à porter le chapeau de la défaite, en échange d’une carrière politique fulgurante) nous éloigne un peu plus du meilleur.

 

Loin d’être au niveau de leur attente, les souteneurs d’Annecy 2018 continuent à nous vanter une ferveur populaire qui n’existe pas. Pourtant abreuvés d’une propagande publicitaire qui n’hésite pas à faire la promotion de la candidature dans les écoles et les collèges ( un peu partout en France ), les Anneciens restent sceptiques sur les bienfaits de ce projet et redoutent surtout les périls que font peser des JO qui risquent, s’ils sont organisés en Haute-Savoie, d’être à l’image de la candidature: nuls!

Au-delà des promesses, des arguments convenus, et de l’explosion du budget qui risque de passer de 20 à 30 millions d’euros, nous entamons la dernière ligne droite qui nous mènera à Durban, le 6 juillet, pour la désignation de la ville hôte des JO en 2018. Qui de Munich, Peyong-Chang ou Annecy sortira vainqueur? Personne ne peut le dire à ce jour, et nul n’en connaîtra les raisons demain.

 

Annecy ne doit pas organiser ces Jeux. Le Comité anti-olympique continuera à défendre les espaces agricoles fortement impactés par ce projet, à s’opposer aux canons à neige sur le Semnoz, à protéger Le Pâquier ( seul espace vert en centre-ville, menacé par l’implantation d’un stade ), à dénoncer le CIO et ses agissements motivés par le seul appât du gain ( cf.: l’analyse du contrat de ville hôte, à s’opposer aux confiscations de liberté (droit du travail bafoué, voies de circulation réservées 15 heures par jour, sécurité renforcée et mesures d’exceptions, etc.)

 

Annecy n’aura pas les Jeux. Le CAO s’en réjouit d’avance mais ne baisse pas les bras, et face à la poignée d’oligarques qui décident seuls de l’avenir de toute une région, nous restons mobilisés afin que le CIO aille voir ailleurs si nous y sommes. Quant à ceux qui auront dépensé tant d’argent public, en pure perte, nous saurons leur demander des comptes !

 

 

31 Janvier 2011 - La voix des Allobroges

 

La conférence d'Albert Jacquard en vidéo

 

A Annecy, les anti Jo viennent de rameuter 600 personnes contre la candidature lors d'une conférence d'Albert Jacquard. Vont-ils finir par rallier Beigbeder à leur cause ?

 

Alors que la Commission internationale pour la protection des Alpes (CIPRA) - la caution écolo d'Annecy 2018 - vient de jeter l'éponge en quittant le Conseil d'orientation développement durable et environnement (CODDE), les anti-JO ne semblent pas s'essouffler au grand dame des promoteurs des jeux. Ainsi, après avoir affronté le maire d'Annecy lors d'une réunion publique de promotion d'Annecy 2018 il y a quelques jours, ils ont encore réussi à mobiliser plus de 600 personnes le 28 janvier dernier à Annecy autour d'une conférence Albert Jacquard. Généticien et essayiste de 86 ans, ce dernier consacre désormais sa vie à diffuser un discours humaniste visant à favoriser l'évolution de conscience collective. C'est ce qu'il à une nouvelle fois essayer de faire à Annecy autour de la question des jeux olympiques.

La Voix vous propose de (re)découvrir son intervention en intégralité.

 

 

31 Janvier 2011 - Le Dauphiné Libéré

 

Albert Jacquard donne sa voix à la cause des anti-JO

 

La salle Eugène-Verdun était archicomble vendredi soir ( plus d’une centaine de personnes ont dû rester debout ) à l’occasion de la venue du célèbre généticien et philosophe Albert Jacquard. Celui-ci est venu prêter main-forte au Comité anti-olympique d’Annecy dans son action contre la candidature annécienne pour l’organisation des Jeux olympiques en 2018.

 

Après avoir reconnu très honnêtement dans son préambule qu’il ne maîtrisait pas complètement les spécificités locales du dossier, le scientifique, auteur du livre à succès « Halte aux Jeux » sorti en 2004 (éditions Stock) et relatif à la candidature parisienne pour les jeux d’été de 2012, a développé un passionnant exposé. Il a resitué les effets des jeux olympiques modernes, qu’il juge néfastes, dans un contexte beaucoup plus large, celui de l’homme et de son interaction dans la société.

 

« Le sport doit rester une activité ludique et joyeuse »


Pour cet humaniste qui déclare avec malice être « pour le sport mais contre le score », il n’est pas prouvé que la compétition soit dans la nature humaine. Il n’y a pas de divinité ou de fatalité biologique qui pousse l’individu à vouloir dominer son voisin. Au contraire, selon Albert Jacquard, la nature a donné à l’espèce humaine un cerveau aux possibilités immenses qui doivent lui permettre d’apprendre à communiquer et à rencontrer l’autre par l’émulation, sans hiérarchie, sans notation ni palmarès.

 

« Le sport doit rester une activité ludique et joyeuse que l’on partage avec son semblable, ou pour se dépasser soi-même » a conclu le brillant orateur.

 

Il s’en est suivi un vif débat qui a montré, si besoin était, qu’à quelques jours de la venue de la commission d’évaluation du comité international olympique, les anti-JO sont mobilisés.

 

 

28 Janvier 2011 - La Tribune de Genève

 

Annecy 2018: le maire chahuté par les anti-JO

Lors de la réunion publique de mercredi soir, les opposants à la candidature ont mené l’offensive

 

Difficile exercice pour Jean-Luc Rigaut, maire d’Annecy, et ses acolytes. Mercredi soir, l’équipe présente aux habitants le dossier de candidature à l’organisation des Jeux d’hiver de 2018. Pour cette première réunion publique au cœur d’Annecy, 150 personnes sont réunies à Bonlieu.

 

Une occasion que les anti-JO ne vont pas laisser passer. Prêts à en découdre, ils sont une trentaine dans la salle à ronger leur frein pendant la présentation du dossier. Puis vient le moment du débat. Un à un, ils prennent le micro, fustigeant le manque de communication, l’opacité des budgets ou le vernis écologique du dossier. Un torrent de critiques que Jean-Luc Rigaut tente tant bien que mal de contenir.

 

Parmi les points noirs: la mise en place provisoire de canons à neige sur le Semnoz qui accueillerait le snowpark. Pour l’édile, il n’y a pas à tergiverser: «Le CIO l’exige, il y aura de la neige de culture.» De quoi augmenter un peu plus l’ire des anti-JO. Au milieu des boulettes de papier qui fendent l’air et du brouhaha contestataire, l’équipe d’Annecy 2018 tente de mettre en avant les atouts écologiques du dossier. «En tout, seul 1,5 hectare sera pris sur les terrains agricoles», avance Gilles Bernard.

 

L’ex-champion de ski alpin Jean-Pierre Vidal poursuit: «On a tout misé sur le développement du ferroviaire. A l’avenir, les touristes rejoindront nos stations en train. Ainsi, on limite notre empreinte carbone dans le temps.» Une opposante rétorque: «On ne devrait même pas avoir besoin des JO pour ça!» Philippe Métral-Boffod, conseiller municipal d’opposition, regrette, lui, que «le projet soit déposé alors que les Annéciens n’ont jamais pu s’exprimer». Il est suivi par un groupe qui scande: «Un référendum!»

 

«On fait un référendum quand il y a encore moyen de dire oui ou non. Aujourd’hui on est engagé», tranche Jean-Luc Rigaut. Le CIO rendra sa décision le 6 juillet. En attendant, ce soir, à Bonlieu toujours, ce sera au tour de l’écrivain et scientifique Albert Jacquard de mener l’offensive contre les Jeux.

 

 

27 Janvier 2011 - Le Dauphiné Libéré

 

27 Janvier 2011 - Le Dauphiné Libéré - JL Rigaut affronte les anti JO
Cliquez sur l'article

 

12 Janvier 2011 - Le Canard enchaîné


12 Janvier 2011 - Le Canard enchainé - Annecy 2018 - Moins haut moins vite moins fort

 

17 Janvier 2011 - Tout le Ski

 

La CIPRA claque la porte d'Annecy 2018

 

Cipra France a décidé de se retirer du dossier Annecy 2018 et quitte le conseil d’orientation développement durable et environnement d’Annecy 2018 , il s’agissait de la caution écologiste de la candidature.

 

En cause le nouveau dossier qui entraînerait trop de nouvelles constructions, notamment concernant les patinoires.

 

Le Président dénonce un « marché de dupes ». " La CIPRA (Commission Internationale de Prévention des Alpes) a donc décidé de regarder la réalité en face et dans un communiqué ils dénoncent que :

 

La candidature d’Annecy à l’organisation des jeux olympiques de 2018 vient de connaître deux étapes importantes avec la transformation du "Comité de Candidature Annecy 2018, Savoie Mont-Blanc" en GIP et le dépôt du dossier de candidature au CIO.

La transformation en GIP nécessite un arrêté des comptes à la date d’effet.

A ce jour, le conseil d’Annecy est dans l’ignorance du rapport et du bilan financier des actions menées par l’association "Comité de Candidature Annecy 2018, Savoie Mont-Blanc", rapport et bilan prévus par la convention signée par J.L. Rigaut au nom de la ville dans le cadre du versement de la subvention allouée.

Le dossier de candidature déposé lundi 10 janvier au CIO engage financièrement la région, le département. Il engage également toutes les communes concernées par l’organisation des jeux, soit parce qu’elles accueilleront une épreuve ou soit parce qu’elles hébergeront un village olympique ou un centre de presse.

Malgré son rapport qui, à l'origine, était favorable à la tenue des JO à Annecy, la CIPRA fait machine arrière le dossier à changé, il est devenu moins écologique aujourd'hui nous avons fini de manger notre pain noir, les temps des "on était finalement tous contre mais sans oser le dire" est arrivé.

 

 

13 Janvier 2011La Tribune de Genève

 

13 Janvier 2011 - La Tribune de Genève - Annecy 2018 critiqué par les écologistes

 

13 Janvier 2011 - Le Dauphiné Libéré

 

Les Verts s’élèvent contre Annecy 2018

 

Ne comptez pas sur eux pour faire du lobbying auprès du CIO !

Les élus d’Europe Écologie ne veulent pas que la région accueille les Jeux olympiques d’hiver 2018. Selon eux, le Conseil régional a été « bafoué » : « C’est un non-sens, précise Claude Comet. La Région est le deuxième financeur, mais n’a découvert le dossier de candidature que lundi soir, quand il a été déposé au CIO. »

 

Principal grief formulé : il ne tiendrait pas compte des exigences formulées dans la délibération votée en octobre. « On devait par exemple avoir peu de nouvelles installations, explique l’élue régionale. Au lieu de ça, le dossier prévoit cinq équipements neufs, rien que pour les sports de glace. » Elle parle aussi d’une « escroquerie intellectuelle » parce que le dossier s’appuie sur un texte, la Directive territoriale d’aménagement des Alpes du Nord, qui n’a finalement pas été adopté. Dans ces conditions, elle refuse de siéger au Groupement d’intérêt public portant la candidature.

 

Une charge contre Beigbeder

 

Les élus Verts ont aussi des mots durs envers le nouveau président du GIP, Charles Beigbeder : « Il ne nous semble pas porter nos préoccupations sociales et environnementales. Il juge le droit du travail trop contraignant. Il a créé une société, AgroGeneration, dans le but d’acquérir 100 000 hectares de terres en Ukraine pour produire de la matière première agricole. C’est de la spéculation foncière et alimentaire. Cela va à l’opposé de nos convictions, basées sur la souveraineté alimentaire et les circuits courts. »

 

Les élus écologistes voient dans cette nomination une « reprise en main du dossier par l’UMP. » À la Région, l’union sacrée ne sera donc pas de mise pour défendre les couleurs annéciennes.

 

 

08 Janvier 2011Le Dauphiné libéré

 

08 Janvier 2011 - Près de 120 Anti-JO Annecy 2018 réunis pour un débat

 

05 Janvier 2011Le monde / Hervé Kempf

 

Court terme, long terme

 

"Une candidature portée par une immense ferveur populaire", annonce le Comité de candidature d'Annecy aux Jeux olympiques d'hiver de 2018. "C'est tout un territoire qui vibre pour cette candidature et qui s'offre à l'idéal olympique. Ce puissant élan populaire s'étend progressivement à toute la France." Bon sang ! J'ai hiberné trop longtemps ! Je n'ai rien senti de cette "ferveur populaire", vraisemblablement noyée dans le flux continu de nouvelles sportives qui encombrent les ondes soir et matin.

 

Donc, les édiles d'Annecy, de la Haute-Savoie et de la région Rhône-Alpes se mobilisent pour quinze jours d'éclat fugitif en 2018. La candidature sera déposée le 11 janvier. En fait, elle patauge : Edgar Grospiron - dont nul n'ignore qu'il fut champion de ski acrobatique - s'est retiré en décembre 2010 de la direction du comité de candidature. "Le budget est trop faible", s'est-il plaint. Pour promouvoir sa candidature, Annecy ne dispose que de 20 millions d'euros, face aux 40 millions de Munich (Allemagne) et aux 120 millions de Pyeongchang (Corée du Sud), ses rivales. Pourquoi autant d'argent est-il nécessaire pour emporter le morceau ?

Si vous répondez sans employer le mot "corruption", vous avez gagné.

 

Tous les arguments qu'avaient employés les opposants à la candidature de Grenoble à ces mêmes Jeux restent valables pour Annecy - et ils le font savoir : bétonnage, gâchis d'argent public, retombées économiques discutables, perversion de l'idéal sportif, etc. Dans un contexte de changement climatique, l'idée de développer les sports de neige apparaît tout à fait fantaisiste. L'OCDE expliquait dans un rapport de 2007 sur les "Changements climatiques dans les Alpes européennes" (éd. OCDE), que "les Alpes sont très sensibles aux changements climatiques et (que) le réchauffement récent y est à peu près trois fois supérieur à la moyenne mondiale". Une phrase du rapport est très éclairante, quoique un peu lourde : il faut faire "un choix entre les mesures d'adaptation qui tendent à préserver le statu quo aussi longtemps que possible en dépit de conditions climatiques défavorables, et celles qui facilitent une transition moins brutale vers les nouvelles réalités qu'imposent les changements climatiques".

 

Hélas, constatent les experts : "L'accent est mis pour l'instant sur le maintien du statu quo, et non pas sur l'aménagement d'une transition." Pourquoi ?

Parce que celle-ci "pourrait se révéler coûteuse aussi bien économiquement que politiquement à court terme". Court terme contre long terme, éternel débat. Aménager la transition, c'est faire en sorte qu'Annecy ne soit pas retenu pour 2018

 


Retrouvez les archives 2010

 

Nos Arguments :

 

Cliquez sur les images

( Rigaut : Maire d'Annecy )